Accueil

Index

Sommeil et recherche d'emploi

Les partenaires

L'enquête

La plaquette

 

Dr. Eric Mullens
2005

Bien dormir en cherchant un emploi
Les partenaires

Bauchet J. (2), Borel C. (3), Monnier F. (2,4), Mullens E. (1,4), Vu-Dinh S. (3)
(1) Laboratoire de sommeil, Fondation Bon Sauveur, 81000 Albi,
(2) Carrefour santé, CPAM du Tarn, 81000 Albi
(3) DEFI – INSERTION 81, 1 Rue du Safran, 81500 Lavaur
(4) SVS 81 : Sommeil, Vigilance, Sécurité 81, http://eric.mullens.free.fr/

L'implication du laboratoire de sommeil

Depuis son ouverture en 1991, un des objectifs du Laboratoire de sommeil de la Fondation Bon Sauveur D’Alby a été d’apporter une information sur le sommeil et les conséquences de ses troubles. Avec le service d’information santé de la CPAM du Tarn, Carrefour Santé, nous avons réalisé une enquête épidémiologique très complète sur la population Tarnaise en 1994. Nous nous sommes ensuite intéressés au rythme veille-sommeil de diverses populations : enfants, adolescents, jeunes conducteurs. Des documents d’information ont été élaborés dans tous ces domaines.

Un partenariat s’est ultérieurement développé avec d’autres institutions : préfecture du Tarn, Mutualité Sociale Agricole et la Médecine du travail avec création de l’Association Sommeil, Vigilance, Sécurité 81, SVS 81. Pour plus de détail consulter le site Internet créé en 1997 : http://eric.mullens.free.fr/.

Plus récemment, en novembre 2002, une collaboration s’est mise en place avec l’Association DEFI – INSERTION 81. En 2003, nous avons réalisé une enquête auprès de 41 personnes. Les résultats ont permis d’éditer une plaquette intitulée « Quelques conseils pour un meilleur sommeil ».

L'implication de la CPAM
Le service Carrefour santé, service prévention de la CPAM

Pourquoi avoir lancé cette idée ?
Le service Carrefour Santé travaille depuis de nombreuses années sur le thème du sommeil, en partenariat avec le Laboratoire du Sommeil du Bon Sauveur d'Alby.
Fin 2002, dans le cadre d'un programme santé soutenu par la CPAM (services prévention et social), l'organisation d'un atelier sur le sommeil avec les stagiaires de Joker Formation (adultes en insertion socioprofessionnelle) a rencontré un vif succès. Il a également fait apparaître des besoins : comprendre et reconnaître les troubles du sommeil des personnes en situation de précarité pour être en mesure de leur proposer une aide.

Quels objectifs spécifiques ?
Donner toute son importance à la problématique du sommeil des personnes en situation de précarité ;
Recueillir des informations sur leur sommeil ;
Leur donner des éléments pour comprendre leurs troubles et les combattre.

Quel type d'action ?

  1. Étude-action avec les stagiaires de Joker Formation :
    Enquête sur le sommeil chez les personnes en situation de précarité (41 personnes).
    Restitution de l'enquête et échange.
    Conception d'un dépliant à l'attention des personnes précaires leur donnant des conseils pour améliorer leur sommeil.
  2.  Diffusion du dépliant aux structures d'aide aux personnes en insertion du Tarn.

L'implication de DEFI - INSERTION 81

Nous sommes une association, travaillant pour l’insertion socioprofessionnelle pour un public éloigné de l’emploi.
Nous accueillons sur Lavaur et Graulhet des personnes bénéficiaires du RMI, le plus souvent en Contrat Emploi Solidarité (CES) sur nos chantiers d’insertion (Insertion par l’Activité Économique), demandeurs d’emploi de longue durée et des stagiaires plate forme « Maîtrise de la langue ».
Cela concerne des hommes et des femmes de 18 à 58 ans.

Enjeux et motivations : Sensibiliser le public sur la santé et en particulier sur le sommeil et son utilité dans la vie quotidienne, en démontrant qu’il est le point de départ d’une vie plus stable.
Grâce à l’intervention du Docteur Mullens, il y a eu une prise de conscience des causes et des méfaits des troubles du sommeil (angoisses, difficultés quotidiennes, cadre de vie, hygiène alimentaire …).
La première séance d’information a révélé que le public se faisait une idée fausse sur le sommeil (par exemple : dormir 3 heures par nuit semblait suffisant). Les personnes n’avaient pas conscience de leurs propres troubles et des conséquences dans leur quotidien.
Il est apparu nécessaire mettre en évidence les habitudes de vie et de sommeil des personnes accueillies.
L’objectif de la plaquette était de pouvoir être accessible à chaque typologie du public. Faire participer le public à la conception de la plaquette dans un objectif pédagogique et d’appropriation des informations obtenues lors de l’intervention. D’où l’utilisation d’un vocabulaire de rue et l’emploi de dessins dans la plaquette.

Haut de page 

 

 

La reproduction des articles est autorisée si elle est accompagnée de la mention
Source :
http://eric.mullens.free.fr/.
Merci
Les alinéas 2 et 3 du code de la propriété intellectuelle autorisent "les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective" ou "les analyses et les courtes citations dans un but d'illustration". "Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits ou ayants cause est illicite" (art L.122.4) et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code Pénal. Le délit correctionnel peut être poursuivi par le ministère public. L'infraction, présumée intentionnelle, impose à l’inculpé d’établir sa bonne foi. Il risque deux ans de prison et un million de francs d’amende.